© 2016 Gabi Shai - OKM - ISIT Ltd

OKM – Outil d’optimisation de l’activité opératoire 

La méthodologie appliquée dans les formations OKM est basée dur l’optimisation du processus de formation pour développer des compétences opérationnelles sur un temps limité.

Il s’agit d’un processus global (holistique) basé sur la proactivité et mené par Gabi Shai (officier à la retraite et ancien directeur du département Krav Maga de l’agence de sécurité d’Israël : Shin Bet).

A ses débuts, l’OKM a adapté les techniques du Krav Maga traditionnel pour mieux répondre aux demandes spécifiques des différentes unités de police, de sécurité et autres professionnels. Les principes de base de l’autodéfense et du combat rapproché ont été améliorées et retravaillées pour répondre à toutes les situations d’un contexte en évolution permanente. 

Au fil des années, le développement d’AMOT (Advanced Methodology of Operative Training) a fait de l’OKM un processus unique en termes de développement des compétences opérationnelles en tout genre. De nouveaux concepts ont vu leur apparition tels que la sensibilisation opérationnelle, la proactivité, l’identification d’un comportement anormal, l’identification précoce d’une possible agression, la gestion des incidents, la prise de décision dans les situations de stress et d’autres compétences qui ne sont pas traitées et couvertes à 100% dans le Krav Maga traditionnel.

Principes de base du Krav-Maga opérationnel 

  1. L’amélioration de la capacité générale opérationnelle (pas seulement les capacités techniques).

  2. L’instruction du combat au corps à corps, du tir et des compétences tactiques en tant qu’un seul et même processus de formation intégrale.

  3. Développement des compétences opérationnelles et de la capacité à se sensibiliser à la sécurité (positionnement tactique ; identification proactive des adversaires potentiels, prise de décision…)

  4. Entrainement dans des situations réelles et inattendues pour se rapprocher le plus possible de la réalité (principe fondamental de Gabi Shai).

  5. Principe de l’action et de la réaction. C’est-à-dire l’adaptation des tactiques de base simples et naturelles à des réactions opérationnelles spécifiques selon le type, la nature et la localisation du danger.

  6. La formation se concentre sur l’environnement opérationnel spécifique de l’élève (rue, bureau, bâtiment, avion, patrouille…) et tient compte de l’équipement (vêtements et outils professionnels).

  7. La formation s’effectue dans un environnement chaotique, sous stress et sous l’épuisement physique. Certains éléments (objets, comportement suspects) sont ajoutés au décor et peuvent être détectés de manière précoce pour travailler la prise de décision.

  8. Intégration de tous les facteurs physiques, psychologiques et environnementaux pouvant influencer le niveau de performance opérationnel.

  9. Développement du caractère opérationnel. Des réponses rapides et explosives qui permettent de générer un avantage tactique sur l’adversaire.

  10. Formation au traitement des différents niveaux d’agression avec des réponses contrôlées en fonction des exigences de la situation et des limites de la loi. Chaque activité opérationnelle a ses propres problématiques.